195 Antiquité

période historique
L'Antiquité (du latin antiquus signifiant « antérieur, ancien ») est une époque de l'Histoire. Classiquement, elle couvre la période allant de l'invention de l'écriture vers 3300-3200 av. J.-C. jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident en 476, et couvre l'Europe, l'Asie occidentale et le Nord de l'Afrique. C'est par le développement ou l'adoption de l'écriture que l'Antiquité succède à la Préhistoire. Certaines civilisations de ces périodes charnières n'avaient pas d'écriture, mais sont mentionnées dans les écrits d'autres civilisations : on les place dans la Protohistoire. Le passage de la Préhistoire à l'Antiquité s'est donc produit à différentes périodes pour les différents peuples. De la même manière, dans l'historiographie occidentale, l'Antiquité précède le Moyen Âge qui précède lui-même l'Époque moderne. Cette périodisation n'est pas forcément adaptée hors du monde occidental et vouloir l'appliquer nolens volens n'a pas grand sens. La majorité des historiens estiment que l'Antiquité commence dans la seconde moitié du IVe millénaire avant notre ère (v. 3500−3000 av. J.-C.) avec l'invention de l'écriture en Mésopotamie et en Égypte. Ces deux civilisations fondent les premiers États et les premières villes, puis développent des royaumes territoriaux de plus en plus stables et étendus, ces phases de croissance étant interrompues par des périodes de division et d'instabilité. L'Égypte antique se forge dès le début autour du principe idéal d'une monarchie unifiée, dominant toute la vallée du Nil et s'étendant au-delà pour obtenir les ressources dont elle a besoin. Le premier développement de la Mésopotamie se fait en particulier autour de sa région la plus méridionale, le pays de Sumer, au IIIe millénaire av. J.‑C., où se constituent notamment l'écriture cunéiforme qui sera reprise par de nombreux pays du Proche-Orient ancien, et une culture savante qui sert également de référence même longtemps après sa disparition en tant qu'entité culturelle (autour de la fin du même millénaire). Son héritage est préservé et prolongé au millénaire suivant par des peuples parlant une langue sémitique, l'akkadien, qui coexistaient avec elle jusque-là, finalement rassemblés autour de la monarchie de Babylone. Plus au nord émerge dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.‑C. une autre puissance mésopotamienne, l'Assyrie. Aux marges de ce premier monde antique se trouvent la civilisation de l'Élam dans le sud-ouest de l'Iran, et des Hittites au cœur de l'Anatolie. À la même époque le Nouvel Empire égyptien porte la puissance de ce pays à son apogée. Après une phase de reflux marqué à la fin du IIe millénaire av. J.‑C., de nouvelles entités ethniques et culturelles se forment à partir du moule antérieur, en particulier en Syrie et au Levant (Araméens, Phéniciens, Philistins, Israélites). Au début du Ier millénaire av. J.‑C., l'Assyrie pose les bases d'un empire qui domine progressivement la majeure partie du Moyen-Orient. Lui succède à la fin du VIe siècle av. J.-C. un empire de Babylone, dont la conquête par les Perses en 539 av. J.-C. marque la fin de la domination mésopotamienne. L'empire perse s'étend plus loin que ses prédécesseurs, intégrant notamment l'Égypte, qui n'était pas parvenue à restaurer sa puissance passée. L'Antiquité classique, qui va d'environ 776 av. J.-C. (date supposée des premiers Jeux olympiques) jusqu'à la crise de l'Empire romain du IIIe siècle (au plus tard jusqu'en 284 avec l'avènement de Dioclétien), est traditionnellement la période de référence de l'Antiquité, celle des civilisations grecque et romaine classiques. Elle est en particulier marquée dans sa première partie par l'émergence de la civilisation grecque antique puis le rayonnement culturel d'Athènes, et sa rivalité avec Sparte, la résistance des deux aux tentatives d'hégémonie perse. Le rayonnement de la culture grecque s'étend avec la conquête de l'empire perse par le roi macédonien Alexandre le Grand, qui marquent le début de la période hellénistique, durant laquelle des dynasties gréco-macédoniennes dominent les pays des plus anciennes civilisations antiques. Dans l'ouest du monde méditerranéen, l'Italie passe au même moment sous le contrôle de la République romaine, qui étend ensuite sa domination sur toutes les rives de la Méditerranée, soumettant les royaumes hellénistiques, et s'imprégnant profondément de culture grecque. À la fin du Ier siècle av. J.-C., Rome devient une monarchie, l'empire romain, qui connaît son apogée au IIe siècle (la pax romana), avant de connaître une période d'instabilité interne et de menaces extérieures au IIIe siècle face à un nouvel empire perse à l'est et aux raids de peuples « barbares » sur sa frontière nord. La date de fin de l'Antiquité est débattue et imprécise. La déposition du dernier empereur romain d'Occident en 476 est un repère conventionnel pour l'Europe occidentale, mais d'autres bornes peuvent être significatives de la fin du monde antique. Mais la notion d'Antiquité tardive s'est imposée depuis les années 1970, définissant une période à cheval entre l'Antiquité et le haut Moyen Âge conventionnels, connaissant de profonds changements politiques, économiques et culturels, avec la christianisation, qui amène par exemple une redéfinition de l'héritage classique, et plus largement donne un poids croissant au fait religieux. Elle se prolonge au moins jusqu'à la conquête musulmane (au plus tard en 800).

Fortifications gallo-romaines

A Clermont comme dans de nombreuses villes de Gaule, le Bas-Empire s’est accompagné de la construction d’une enceinte de taille réduite pour protéger la ville. Rue Boirot, des fouilles préventives menées en 2013 ont fait apparaître des vestiges importants de cette enceinte, s’élevant sur une hauteur de 11 m, fondations comprises. La largeur du mur…

Nécropole mérovingienne

Fanum d’époque gallo-romaine, utilisé du 1er-2e siècle au 4e siècle. Sépultures mérovingiennes datées essentiellement du 7e siècle. Les premières sont découvertes dans les années 1880. Les fouilles débutent en 1952, avec l’aménagement d’un chemin de croix sur la colline. L’activité minière est responsable de la disparition de plusieurs sépultures. La nécropole occupe une superficie d’environ…

Borne milliaire du moulin de Ramps

Monument découvert à la fin du 19e siècle, en 1885, par un érudit local, Léopold Limayrac, qui fut le premier à le citer comme une borne milliaire située le long de la via Agrippa (entre Lyon et Bordeaux)[1]data.culture.gouv.fr la plate-forme de données ouvertes du ministère de la Culture. References[+] ↑1 data.culture.gouv.fr la plate-forme de données…

Vestiges du théâtre antique, iîlot des chaudronniers

Une fouille archéologique préventive est en cours depuis 2014 en plein centre de Béziers à l’emplacement de l’îlot dit des Chaudronniers dont les habitations vétustes ont toutes été rasées. Un diagnostic avait préalablement relevé des niveaux protohistoriques, des maçonneries antiques et des aménagements médiévaux de type silos. La fouille, prescrite par le service régional de…

Pseudo-temple d’Apollon

La fonction de cet édifice est mal identifiée. Il pourrait s’agir d’un vaste exèdre destiné à accueillir des statues à l’intérieur de niches. Il convient également de relever la découverte, en 2005, de deux canalisations maçonnées antiques se dirigeant vers le monument, l’intérieur de l’un étant tapissé d’une couche de béton de tuileau caractéristique des…

Porte romaine de Bons

Entièrement creusé dans les schistes chloriteux, sur la paroi qui domine le cours de la Romanche, cet ouvrage en forme d’arche, représenté encore entier sur une gravure de 1660, s’est désagrégé au milieu du 18ème siècle. Cette porte étroite, surmontée d’une voûte de profil elliptique, a fait l’objet de nombreuses interprétations : simple tunnel routier, porte,…

Site archéologique de la ” fontaine de l’Oulié “

Il convient de souligner l’intérêt archéologique et historique manifeste de ce site, identifié comme étant le point final de la résistance de la Gaule face aux troupes de Jules César en 51 avant Jésus-Christ. Les fouilles entreprises ces dernières années sur le site de la fontaine de Loulié, déjà exploré au 19ème siècle avec des…

Domaine des Trois Moulins de la Valmasque (également sur commune de Vallauris)

Ce site complexe renferme les vestiges antiques de l’aqueduc romain d’Antibes, dit de la Bouillide, qui le traverse et enjambe le ruisseau par un pont à deux arches datant du 1er siècle. L’eau de la Valmasque est dérivée au 18ème siècle, voire dès le 17ème, afin de l’acheminer par un canal à une pièce d’eau…

Site archéologique du Panissars, situé au col de Panissars

La voie domitienne, créée à partir de 118 av. J-C, est conservée en totalité dans sa largeur. Cette voie est une artère principale : une partie de milliaire romain dont l’inscription pourrait correspondre à Constantin y a été mise au jour. Les fondations du trophée de Pompée ont été aménagées pour recevoir un grand appareil…