588 Pont

construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle
Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, ravin, canyon) en passant par-dessus cette séparation. Le franchissement supporte le passage d'humains et de véhicules dans le cas d'un pont routier, ou d'eau dans le cas d'un aqueduc. On désigne également comme écoduc ou écopont, des passages construits ou « réservés » dans un milieu aménagé, pour permettre aux espèces animales, végétales, fongiques, etc. de traverser des obstacles construits par l'être humain ou résultant de ses activités. Les ponts font partie de la famille des ouvrages d'art. Leur construction relève du génie civil. En Europe, leur évolution technologique a connu deux périodes : la période romaine et la période contemporaine. L'Empire romain (majeure partie de l'Europe) maîtrisait la construction du pont en arc en plein cintre, en pierre. Après la magnificence de la période romaine, l'aura des ponts s'atténue, devient alors un ouvrage d'artisan, construit par reproduction de modèles et de méthodes éprouvés. Avec le progrès dans la connaissance des sciences physiques et celle des matériaux, le pont devient un ouvrage d'art grâce aux ingénieurs. Pendant plus de 2 000 ans, la conception des ponts n’a pas évolué. Puis avec la révolution industrielle, le développement des échanges commerciaux a nécessité le développement des chemins de fer, de routes et de ponts et où parallèlement les connaissances théoriques ont fait des progrès considérables. Depuis environ 200 ans les ponts en acier, en ponts en béton armé puis en précontraints, des ponts suspendus de grandes portées et des ponts à haubans ont tous été rendus possibles par l'introduction de l'acier. Les architectes, avec des contraintes techniques aux limites repoussées, peuvent aujourd'hui laisser libre cours à leur imagination pour créer des œuvres d'art. Parallèlement à cette évolution, le pont est d’abord perçu sur le plan symbolique dans la littérature et les expressions populaires, et n'est pris comme sujet principal dans les arts que tardivement. La forme des ponts dépend en partie du matériau disponible (jusqu’au XXIe siècle : la pierre et l’acier). De nouveaux matériaux sont apparus alors que les méthodes et moyens de calculs évoluaient. Des prototypes ont utilisé un béton à ultra hautes performances dont la résistance à la compression atteint 200 MPa. Des ponts matériaux composites, assemblages de résines et de fibres de carbone, pouvant résister à des efforts intenses permettent des formes nouvelles qui vont encore évoluer. Cinq classes de ponts sont définies selon leur structure : les ponts voûtés, les ponts à poutres, les ponts en arc, les ponts suspendus et les ponts haubanés. Des critères spécifiques conduisent pour chacune de ces classes à définir un type qui lui est propre. Le matériau utilisé est un des critères de différenciation commun à l’ensemble des classes. La conception, la construction, la surveillance et l'entretien diffèrent selon le matériau. Chaque type de pont est adapté à une plage de portée, les ponts suspendus permettant les plus grandes portées. En 2018, le plus long pont maritime du monde relie Hong Kong et Macao à la Chine sur 55 kilomètres, ayant mobilisé un million de mètres cubes de béton et 420 000 t d'acier.

pont Colbert

Le pont Colbert est un pont tournant de la fin du XIXe siècle en fer puddlé et laminé situé dans le port de Dieppe, en France. Il est mis en service en 1889. C’est le dernier grand pont tournant d’Europe à fonctionner dans sa configuration d’origine, ce qui lui vaut d’être inscrit aux monuments historiques…

pont d’Artigue

La première mention de l’existence d’un pont remonte à 1432 ; à proximité immédiate de Larressingle, c’était l’un des points de passages obligatoires de l’Osse sur l’un des itinéraires du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. En ruine en 1723, un arrêt du conseil du roi daté de 1724 autorise les travaux, le pont étant un élément…

Pont Coppet

Au début du 17e siècle, Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et prince de Piémont, décida de réaménager le tracé de la route de Chambéry à Genève pour des raisons à la fois militaires et économiques. Le pont Coppet fut mis en service en 1626. Jean-Jacques Siratio-Dian, grand voyer de Savoie supervisa sa construction qui fit…

Pont suspendu de Chilhac

Cet ouvrage fut conçu selon un projet élaboré par l’ingénieur Heurtault et comprenant deux lots : la maçonnerie et le tablier. Le pont fut ouvert à la circulation en mars 1883. La technique des ponts suspendus a constitué, en son temps, une innovation, permettant un large franchissement peu sensible aux variations du lit. Toutefois, ce mode…

Pont suspendu de la rivière de l’Est

L’actuel pont suspendu de la rivière de l’Est n’est plus utilisé depuis 1979, ne répondant plus aux normes de sécurité. La circulation des véhicules s’effectue sur le pont en béton précontraint à l’amont, le pont suspendu étant réservé aux piétons. En 1991-1992, une vaste opération de réhabilitation est conduite pour redonner à l’ouvrage son aspect…

Pont-levis en bois franchissant le canal de Berry

La réalisation du canal du Berry a nécessité, tout le long du tracé, des aménagements techniques intégrant l’aspect paysager. Bien que déclassé par décret le 3 janvier 1955, le canal, partiellement comblé depuis, conserve un tracé encore lisible. De nombreuses constructions liées à ses activités ont disparu ou sont en voie de l’être, notamment les…

Pont sur la Mosson, situé sur la route départementale n° 612

Les grandes crues de 1766 emportèrent un certain nombre de ponts, dont celui-ci. Le roi alloua une somme importante pour sa reconstruction. L’ouvrage est achevé en 1778. Deux grandes arches en anse de panier surbaissée sont lancées. Elles ont près de 32m d’ouverture, portées par une pile centrale à becs amont et aval, de plus…