49 Marché

rassemblement à but commercial, généralement périodique et dans un lieu prédéterminé, de marchands vendeurs et de personnes acheteuses
Un marché est l'institution sociale, ainsi que parfois l'emplacement, qui permet le commerce, soit la rencontre entre l'offre et la demande de biens ou de services. Cette institution peut se définir fonctionnellement et minimalement comme le processus de coordination entre plusieurs fournisseurs/vendeurs et plusieurs clients/acheteurs mutuellement indépendants qui aboutit à et inclut l'échange volontaire de biens ou services substituables, sous la forme de transactions, sans limite particulière d'espace ni de temps. Les transactions de marché incluent les transactions commerciales au sens strict, mais aussi les transactions fiduciaires (dont le change et le prêt), l'échange de titres (action, produit dérivé, etc.), le troc, les transactions clandestines. Dans son acception la plus ancienne, un marché est une institution qui accueille un commerce localisé précisément dans l'espace et le temps mais de dimension variable, par exemple les marchés traditionnels, les marchés aux puces, les bourses de valeur, et Lloyd's of London. Cette institution est dite aussi « place de marché » (d'où la notion d'emplacement) même si les parties contractantes ne sont pas physiquement réunies au même endroit. Sous l'effet de la transformation numérique, les places de marché incluent désormais aussi certaines formes de commerce en ligne, c'est-à-dire les places de marché dématérialisées ou plateformes de commerce électronique, comme la plupart des bourses de valeurs ou places de marché financier modernes et une multitude de places de marché accessibles par l'internet. Étant donné ces formes dématérialisées, cette acception du marché est maintenant mieux caractérisée par l'existence d'une autorité organisatrice dédiée, généralement dotée de la personnalité juridique, plutôt que par l'emplacement géographique comme autrefois. Dans une acception qui correspond à une catégorie de commerce plus diffuse dans l'espace et le temps, un marché désigne aussi un segment commercial correspondant à des catégories particulières de biens ou services, d'acheteurs, d'aire géographique, ou de forme institutionnelle, par exemple le "marché des deux-roues", le "marché de l'argent", le "marché de la ménagère de moins de cinquante ans", le "marché italien", les "marchés internationaux", le "marché noir". Cette acception du marché est purement analytique et ne s'accompagne pas d'une autorité organisatrice dédiée. "Le marché" désigne alors les échanges commerciaux de façon générique, sans limite d'espace, de temps, de catégories d'objets ou d'acteurs, ni de forme institutionnelle, par exemple dans l'économie de marché. Par métaphore, un marché peut aussi désigner une catégorie d'échanges sociaux non commerciaux, comme par exemple le "marché des idées". Par métonymie, un marché peut aussi désigner la demande individuelle qui donne lieu à une transaction ou bien la transaction elle-même, comme dans l'expression "faire un marché". Cette acception peut être technique dans le cadre d'un appel d'offres lancé à un ensemble de vendeurs, comme par exemple un marché public dans le cas où l'acheteur est une administration publique. Outre d'éventuelles autorités organisatrices, la plupart des marchés modernes sont formellement gouvernés par de multiples régimes juridiques et autorités de tutelle, plus ou moins spécialisés par segment commercial, par exemple la Répression des fraudes en France, les autorités de la concurrence, les autorités des marchés financiers, les SAFER pour le marché foncier rural en France, etc. Le commerce peut être régi en plus par des traités, des organismes et des associations internationaux ou des organisations supranationales. Certains commerces réprimés par la loi la contournent sous la forme de ce qu'on appelle marché noir, trafic ou contrebande, selon les cas : soit qu'ils traitent d'objets illicites (selon les juridictions) comme les stupéfiants et les relations sexuelles ; soit qu'ils traitent d'objets licites mais dont le commerce est interdit, comme l'influence d'une administration publique, les organes humains, les être humains ; ou dont le commerce est restreint, par exemple la vente de tabac, la vente de boisson, le commerce international, sujet à contrôle douanier, l'emploi rémunéré.Deux conditions importantes au bon fonctionnement d'un marché sont la liberté commerciale et la participation de plusieurs vendeurs et plusieurs acheteurs : La liberté commerciale permet que les échanges commerciaux ne soient pas dirigés par une autorité publique. Cependant, les échanges peuvent être limités par le dirigisme économique. Sous un régime politique collectiviste ou totalitaire, la répression de la liberté civile, dont fait partie la liberté commerciale, tend à la disparition du commerce légal et au développement du marché noir. La participation de plusieurs vendeurs et plusieurs acheteurs favorise l'exercice de la concurrence commerciale. Cependant, la concurrence peut être affaiblie ou quasiment absente dans un marché oligopolistique, monopolistique ou monopsonistique.

Marché couvert

Oeuvre réalisée par les architectes Louis Simon, André Morisseau, et l’ingénieur René Sarger. L’étude technique de Sarger ne modifie que la courbe de l’intrados du dessin en forme de coquillage fourni par les architectes. La solution retenue pour couvrir une surface circulaire de 50 m de diamètre sans point d’appui, est celle d’une voûte sphérique…

Marche (Saint-Pierre)

Situé dans la partie basse de la ville, le marché ou bazar a été édifié en 1874. C’est une architecture métallique formée d’une grande halle de plan dodécagonal et agrémentée de quatre fontaines provenant des fonderies Ducel1)data.culture.gouv.fr la plate-forme de données ouvertes du ministère de la Culture. References   [ + ] 1. ↑ data.culture.gouv.fr la plate-forme…