14 Malouinière

demeure généralement à Saint-Malo et du XVIIe ou XVIIIe siècle
Une malouinière est une vaste demeure de plaisance construite par des négociants et armateurs de Saint-Malo (France) aux XVIIe et XVIIIe siècles. On en compte 112 dans la région. Le corps de logis central est prolongé de deux ailes qui abritent les services et qui permettent aussi d'éviter une façade trop uniformément étirée, contribuant « à asseoir la composition d'ensemble, en particulier lorsqu'à l'entrée de la cour, chapelle et colombier leur répondent. » Habitées pour la plupart, plusieurs malouinières sont tout de même ouvertes à la visite, notamment lors des Journées du Patrimoine en septembre.

Malouinière Le Valmarin

La propriété est construite au cours des années 1720. Son implantation entre cour et jardin s’apparente à celle d’un hôtel particulier urbain, tandis que son architecture la relie à la typologie des malounières construites à cette époque, sur un modèle « classique », dont elle reprend l’ensemble des caractéristiques principales : un plan rectangulaire et une composition…

Malouinière Le Grand Val Ernoul

La demeure est construite, en 1719, à l’emplacement d’un ancien manoir attesté au début du 16ème siècle. D’une sobre élégance, elle adopte les caractères architecturaux d’une malounière classique de taille moyenne. Elle domine une suite de terrasses s’étageant à flanc de vallon et que prolonge un grand bassin rectangulaire. Le colombier ainsi que les moulins…

Malouinière de Château Doré

Cet édifice est l’une des premières malouinières dont la construction pourrait être attribuée à la famille d’armateurs Magon. L’architecture laisse supposer une construction des années 1660. La sobriété, la symétrie de l’architecture, le bandeau dessiné sur l’enduit annoncent l’architecture classique des malouinières. L’intérieur conserve d’origine le grand escalier et la cheminée de la cuisine. Le…

Malouinière de Rivasselou

Cet édifice, bâti en 1789, s’inspire directement du modèle de la malouinière, avec corps central comprenant les pièces nobles (salon et salle à manger) , flanqué de deux pavillons plus bas, cour complètement séparée du jardin par le mur de clôture, architecture symétrique, sans décor. Les pièces du rez-de-chaussée ont conservé leurs lambris Louis XVI1)data.culture.gouv.fr…

Malouinière de la Rivière, à Paramé

Edifice daté de 1730. Elévations à trois travées séparées par des oeils-de-boeufs ovales dans la façade sur cour, cheminées épaulées, linteaux des fenêtres formant larmiers, plan type (entrée dans le hall contenant l’escalier et ouvrant sur la salle à manger centrale, flanquée d’une part d’un grand salon, d’autre part de la cuisine avec son tréhory).…

Malouinière de la Verderie, à Saint-Servan

Cet édifice, datant de 1637, est représentatif des proto-malouinières. Le plan ramassé en L avec tour d’escalier octogonale hors-oeuvre sur l’arrière du logis, révèle encore l’influence de l’architecture des 15e-16e siècles. Mais sa situation en périphérie de Saint-Malo, la symétrie de la façade sur jardin et les cheminées épaulées, rattachent l’édifice à l’architecture des malouinières.…

Malouinière de Launay-Ravilly

Launay-Ravilly est une malouinière de taille moyenne, construite en 1732 par François de Baudran, membre d’une vieille famille de la bourgeoisie malouine et avocat au parlement. Elle est représentative de l’agencement global typique des malouinières, avec reconstruction à proximité de l’ancien manoir transformé en ferme, logis de plan quadrangulaire, relié à deux pavillons de service…

Malouinière Le Puits Sauvage

Le Puits Sauvage, vestige d’une ancienne seigneurie, a été entièrement aménagé au milieu du 18e siècle par une famille d’armateurs malouins descendante de Jacques Cartier. L’ensemble de l’architecture est représentatif d’une série de malouinières modestes (austérité et symétrie des façades, etc.) , mais la conception d’ensemble en fait un exemple atypique et original : disposition…